Portes ouvertes3Super nouveau gugu a prescrit une nouvelle analyse de sperme à zhomme. Jusque là, ils avaient toujours fait ces analyses en laboratoire privé mais Mr Doc aimerait que cette fois-ci, ce soit fait avec le laboratoire de la PMA, laboratoire avec lequel il est en relation directe. Quelle différence avec le privé. Le bâtiment est minuscule, mal éclairé, même en plein été, il fait très sombre et les néons sont allumés. La salle d'attente est grise, froide, minuscule. Ce qui égaye les murs? Des affiches encourageant au don de gamètes, des posters expliquant la stérilité masculine, d'autres montrant les étapes d'une FIV.  Pourtant, ici, on donne de l'espoir. Ici, on crée la vie. A croire qu'ils ont décidé de refléter l'humeur des patients plutôt que leurs espoirs. D'ailleurs, pourquoi mettre en avant le don de gamètes dans ce lieu? S'ils sont ici, c'est justement qu'ils ont un problème avec les leurs, de gamètes...

Des médecins, infirmières, internes, secrétaires, stagiaires passent et repassent et passent encore et rien ne bouge. Les couples sont là, tous d'âges différents, d'origines différentes, de milieux sociaux différents. Tout le monde est touché, personne n'en parle. Ils savent bien sûr tous pourquoi  ils sont là mais essayent quand même de deviner de qui vient le problème. Elle? Lui? Eux? Dans quels cas sont-ils? A quelle étape du protocole sont-ils? Est-ce que la situation des autres est plus désespérée que la leur? Toujours est-il qu'eux n'en sont pas encore à envisager une éventuelle FIV. Ils sont simplement là pour que zhomme fasse son recueil de sperme.

Oui, sauf que Mr Doc n'avait pas tout dit. Ils vont être reçus par un médecin, qui va leur poser les questions habituelles sur leur couple (depuis combien de temps sont-ils ensemble? Sont-ils mariés? Ont-ils des antécédents de MST?), leurs habitudes de vie ( quels métiers font-ils? Sont-ils exposés à des toxines? Leurs repas sont-ils équilibrés?), leurs antécédents médicaux et enfin, ce qui les amène ici. Elle raconte ses fausses couches, sa GEU, le sperme capricieux de zhomme. Mais...? ¨Pourquoi toutes ces questions pour la trilogie spermogramme-spermocytogramme-spermoculture? Ils ne viennent que pour la partie analyses médicales, pas pour le service de procréation médicalement assistée! On lui explique qu'ils considèrent qu'ils viennent pour une probable FIV et qu'en plus des analyses habituelles, ils en ont  rajouté une pour évaluer la qualité des spermatozoïdes et à quel type d'aide à la procréation ils pourront prétendre. C'est le test de migration survie qui permet de savoir comment les zozos se comportent dans un milieu proche de celui retrouvé dans l'utérus.. Ils ont pris le temps de tout bien expliquer à zhomme (Elle, forcément, savait déjà tout) et voilà comment après s'être préparés à un simple prélèvement, ils se retrouvent officiellement inscrits en PMA... Elle ne peut pas décrire ce qu'elle a ressenti quand elle l'a compris. C'est une étape de plus franchie dans la longue liste des étapes par lesquelles elle était persuadée ne pas avoir à passer... D'un côté, elle se dit que c'est rassurant,  qu' ils vont forcément être mieux suivis et surtout mieux aidés maintenant. De l'autre elle se demande surtout: "Cela va durer encore combien de temps?".  Zhomme, lui, le prend très bien. Pour une fois, il a compris ce qui pourrait les attendre en suite. Pour elle, envisager qu'il y ait une suite entre ces murs est juste très dur.


Il lui reste les paroles rassurantes de gygy, une spermoculture beaucoup plus complète qui, elle l'espère, leur permettra de trouver un germe responsable de la baisse du nombre de spermatozoïdes et de la chute de leur mobilité. Un tout petit espoir d'avoir une solution, un traitement et hop, problème réglé.

Les résultats seront longs à arriver. Le privé a ses avantages que le public ignore...