Et un jour, j'ai le courage de revenir ici. Un jour, je sais qu'écrire ici ne me portera malheur. Vous avez vu, Elle a disparu. Elle n'existe plus. Ils existent maintenant entièrement. Ils peuvent à nouveau dire "nous", "je".  Oui, NOUS vivons!


Beaucoup de coups durs ont dû être surmontés. Beaucoup. "Oh, mais j'aime toutes ces femmes enceintes!", lancé par une dame, dans une friperie. Je porte une robe empire. "C'est prévu pour quand?".  Elle ne réagit pas, elle s'adresse à Elle. Et, insistante "cette robe vous va si bien! C'est beau de pouvoir encore la porter enceinte!".
Elle comprend. La dame demande "vous en êtes à combien?". Elle répond: "deux ans Madame, deux ans que j'attends mon enfant. Mon ventre est encore bien petit sous cette robe. C'est bientôt Pâques, peut-être les cigognes nous trouveront-elles!".
Elle a passé un cap! L'espoir est là! Elle est enceinte, dans sa tête, c'est déjà beaucoup!!
Près d'un an plus tard, une grossesse naturelle se déclenchera. Après deux ans sans le moindre petit test positif. Personne n'y croit, personne ne s'y attache. Tout le monde a raison. Mais c'est le retour de l'espoir. C'est une fausse couche mais, la FIV peut enfin avoir lieu! Et sans donneur! Juste Nous. Un bébé de Nous. A partir de là, ils vont tout tenter. Dieu. Un magnétiseur. On remet tout à zéro. On essaie.

Deux mois après la fausse couche, ce test. Ce positif. Celui qui fait sourire, celui qui fait planer. Celui qui angoisse. Du sang, beaucoup de sang. Mais à chaque sortie d'examen, la joie. Que de la joie. Enfin de la joie. Nous sommes heureux, nous dépassons ces fameux trois mois. Tout va merveilleusement bien!! 
L'attente aura duré 4 ans. 4 ans après avoir dit "Faisons un bébé!", nous avons eu droit au bonheur. 

Au moment où j'ai écrit mes derniers mots sur ce blog, j'apprenais quej'étais enceinte. J'apprenais que, peut-être, mon exutoire n'avait plus lieu d'être. 

A vous tous, vous qui savez déchiffrer toutes les abréviations d'un protocole PMA, vous qui en savez bien plus que la plupart des personnes que vous croisez dans ces centres, vous qui, après avoir lu tellement de protocoles, savent ce qui conviendra le mieux à un couple en fonction de leurs résultats. Vous, qui attendez, qui ne faites que ça, qui ne vivez que par cette attente: l'Espoir existe. L'Espoir est en fait bon. Ne pensez pas que les belles fins n'arrivent qu'aux autres, qu'elles ne sont pas pour vous. Que les miracles, ça n'existe pas. Je l'ai dit, répété, proclamé haut et fort. Je me suis trompée. Les miracles existent. Essayez tout, libérez-vous de tous vos à priori, de tous ces poids qui vous clouent dans cette attente. Essayez. Encore et encore. La couette, les magnétiseurs, les acupuncteurs, les gourous, se baigner au mois de novembre dans la Manche! Ah oui, pardon, je divague. Petite anecdote: le jour où petit oeuf  s'est niché, je me suis approchée un peu trop près des vagues et ai fini trempé. Jusqu'aux os! Je garderai un souvenir impérissable de cette journée du bonheur, cette journée où je ne savais pas.


Le bonheur, aujourd'hui, a deux ans et demi. Elle s'appelle Mabel, elle aime Minnie et la Reine des Neiges. Et Peppa Pig et Trotro. Notre bonheur, cet être tant attendu, est une enfant comme les autres. Nous sommes des parents comme les autres. J'ai accouché (par césarienne) comme les autres.
Pour les autres, nous sommes comme les autres. Nous, nous savons. Vous, vous savez.

 

2017-03-16 (2)

Le bonheur n'est pas comme les autres.