aller de l'avant

   Elle s'était juré de ne plus parler bébé avant d'avoir une bonne nouvelle. Elle se connaît, si elle retrouve ses amies essayeuses, elle va encore ne penser qu'à ça.

Sauf que... Une de ses meilleures amies va accoucher sous peu et que peu importe les efforts qu'elle fait, les femmes enceintes et les bébés la poursuivent. Par ailleurs, si elle veut avoir la force de voir ce petit, il faut que de son côté elle ait la conscience tranquille et fasse ce qu'il faut pour avancer.

Elle doit prendre un rendez-vous dans un centre de procréation médicalement assistée (autrement dit, je le rappelle PMA). Il faut réellement accepter que ça ne fonctionnera pas tout seul... En composant le numéro, elle réfléchit à ce qu'elle va dire à la secrétaire. Rien... Elle n'a rien à dire. Elle raccroche. Elle va composer un autre numéro, celui d'un gynécologue qui a un cabinet privé mais qui travaille aussi dans le service de PMA. Ainsi, elle repousse encore un peu l'échéance tout en sachant que la transmission de dossier d'un service à l'autre sera rapide puisque c'est le même médecin qui s'occupera d'elle.


Elle a malgré tout repris rendez-vous avec sa gynécologue habituelle. Ces trois mois où elle a évité de penser à tout ça lui semble une immense perte de temps et Elle ne peut pas attendre un mois supplémentaire sans que rien ne soit fait. Dans la foulée, on refait un spermogramme chez zhomme. Il lui reste encore une ordonnance, autant l'utiliser, d'autant plus qu'elle est à cinq jours d'avoir ses règles et qu'elle n'a aucun symptôme. Rien de rien de rien! Depuis qu'Elle essaye d'avoir un enfant, c'est d'ailleurs la première fois que son cerveau ne crée pas de faux symptômes. Bref, il n'y a aucun espoir que ce mois-ci se termine par un test positif. Autant arrêter de se voiler la face un peu plus longtemps et relancer la machinerie médicale. Petite preuve qu'elle fait des progrès: la pharmacie vend des tests de grossesse à détection précoce (c'est-à-dire avant le premier jour de retard de règles) à un tarif défiant toute concurrence et Elle n'a pas fait de provision, elle n'en a même acheté aucun. C'est bien fini cette manie de faire des tests au moindre doute. Elle attendra un vrai retard avant de se projeter dans un futur fait d'images qui n'existeront pas de si tôt.

D'ailleurs, depuis la GEU, il n'y a pas eu de nouvelle grossesse. Si elle est tombée enceinte précédemment, c'est que la qualité du sperme de zhomme s'est améliorée, cela semble logique. Y'aurait-il autre chose? Pour elle, c'est une évidence. Quelque chose est passé au travers des mailles du filet. Il y un autre problème qui n'a pas encore été détecté. Et si, des fois, l'infection aux Chlamydiae pour laquelle ils ont été traités n'étaient en fait pas complètement partie? Et si ça expliquait la grossesse extra-utérine?

Elle va voir son médecin traitant qui lui prescrit aussitôt une analyse d'urine pour vérifier que l'ADN de ces petites bestioles n'est plus présent dans son tractus uro-génital.

En attendant, elle va tenter d'appliquer le mantra de sa maman: "Arrête d'angoisser tant que tu n'as pas toutes les clés en main!"

Cependant, elle sait. Elle sait qu'à la fin de tous ces rendez-vous, on lui annoncera que la FIV est un passage obligé. Elle essaiera de voir les côtés positifs. Voici ses réflexions: "On a évidemment toutes peur que ça ne fonctionne pas mais il faut toujours se dire qu'il n'y a pas de raison! Ça a marché pour d'autres, pourquoi pas pour nous? C'est vrai que le parcours est long mais on sait pourquoi on le fait et puis, finalement, on n'est pas pressés. On est jeunes, on ne livre pas une course contre le temps et en plus, ça nous laisse le temps de nous organiser, de prévoir parfaitement les choses, de savoir où on va avec un bout de chou. Il y a aussi toutes les copines qui pendant ce temps là auront eu des loulous et auront donc plein de trucs à nous refiler! C'est plutôt pratique! Quant à l'entourage qui attend ce petit depuis si longtemps, il ne saura pas quoi faire pour lui/nous faire plaisir tellement ils seront heureux qu'on ait fini par gagner notre combat."

La FIV, le paradis? Peut-être finalement...